La mise en place de la pluridisciplinarité instituée par la loi du 17 janvier 2002, dite loi de modernisation sociale, complétée par le décret du 24 juin 2003, permet d’appréhender de manière collective les conditions de travail et favorise un travail en réseau. La médecine du travail se renforce grâce à l’apport de compétences diversifiées et complémentaires.

LES INTERVENANTS EN PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS (IPRP)

La loi pose le principe que l’appel aux compétences pluridisciplinaires, médicales, techniques et organisationnelles, doit être le fait des services de santé au travail, ce qui pour les services de santé au travail interentreprises doit être compris comme conférant au président du service le soin de prendre la décision, en lien avec les entreprises adhérentes. Les compétences pluridisciplinaires sont mises à la disposition de toutes les entreprises adhérentes, qui n’ont pas obligation d’y recourir si elles disposent déjà de ressources internes dédiées à la prévention et utilisées au titre de la pluridisciplinarité.

Sont qualifiés « d’intervenants en prévention des risques professionnels » (IPRP) par le décret du 24 juin 2003 les personnes ou organismes auxquels les services de santé au travail et les entreprises doivent faire appel.

Le principe de l'indépendance professionnelle des IPRP est garanti par la loi. Le législateur a différencié la situation des médecins du travail - qui constituent déjà des salariés protégés au double sens du code du travail et du code de déontologie - de celle des intervenants, auxquels il n'a pas conféré de statut juridique particulier, mais garantit une protection fonctionnelle, par renvoi à un décret en Conseil d'Etat.

Le décret du 24 juin 2003 assure donc l’indépendance des intervenants afin qu’ils ne puissent subir de préjudice en raison de leurs activités de protection et de prévention des risques professionnels.

L’entreprise ou le service peut, soit recruter une personne extérieure, soit employer une personne déjà présente au sein de l’entreprise, dûment habilitée.

Les compétences des personnes ou organismes appelés à intervenir doivent être «reconnues» par les CARSAT, les ARACT et l'OPPBTP.

Au même titre que le médecin du travail, l’intervenant en prévention des risques professionnels participe à la préservation de la santé et de la sécurité des salariés et à l’amélioration des conditions de travail dans un objectif exclusif de prévention.

Les disciplines telles que l’ergonomie, la toxicologie, l’hygiène industrielle, l’organisation du travail ont vocation à constituer des domaines privilégiés de l’action pluridisciplinaire.

Les médecins
Les intervenants (IPRP) 
Les assistantes
Les assistants techniques
Les experts
Les formateurs